Description

MAIS POURQUOI CETTE FERME EST-ELLE SI PARTICULIÈRE?

Remettons d’abord l’Équateur dans son contexte .Les productions de café ont toujours été réalisées dans les régions de faibles altitudes (jusqu’à max 1200m, mais vraiment max!), car la production dans les régions plus élevées (1400m à 2200m) étaient techniquement trop difficiles. Les régions de hautes altitudes ont des fermes de montagne avec de petits producteurs, qui sont situés loin de Guayaquil, où sont situés les plus grosses stations de traitement du café. D’un point de vue logistique, il est donc difficile de traiter et exporter le café depuis ces zones.
Le lavage et la sélection des cerises est faite par le producteur et ce, de manière particulièrement méticuleuse, car ils savent qu’ils ne pourront pas faire de sélection par l’usinage ensuite. Si à tout cela vous ajoutez une économie dollarisée, vous obtenez tous les ingrédients pour obtenir de petits producteurs absolument non compétitifs pour rentrer en concurrence avec la plupart des cafés d’Amérique Latine. Une origine compliquée donc… Mais c’était sans compter les rêves et la passion de notre ami Arnaud, qui avait la ferme intention de faire pousser l’un des meilleurs cafés d’Equateur. Et c’est bien ce qu’il réussi à faire… pour être tout à fait honnête, son caturra de la récolte 2011 est probablement le meilleur café qu’il m’ait jamais été donné de déguster. Je jure que la mouture de ce café pouvait guérir un anosmique!

LAS TOLAS LA MAGNIFIQUE

Arnaud avait une grande expérience dans le café. Il choisit la région de Pichincha, plus précisément la ville de Las Tolas, où il était sûr de pouvoir produire un café tout à fait singulier. Las Tolas a deux principales caractéristiques. C’est tout d’abord le cimetière de douzaines de tombes traditionnelles du peuple Yaucos, un peuple indigène Équatorien. Las Tolas est aussi située dans un “trou de nuage” quelque part entre la forêt de nuage et la forêt humide (c’est le premier pays au monde où un producteur me dit “nous descendons pour arriver à la ferme”), permettant aux arbres de profiter des rayons de soleil… qui rendrait sinon la maturation des cerises impossible (la maturation des cerises prend parfois jusqu’à 10 mois).